L’or vert de l’Ouganda

18/12/2013 13:18:00
Author: Andrea

L’or vert de l’OugandaSur les pentes verdoyantes de l’ouest de l’Ouganda, la britannique Lulu Sturdy dirige la première plantation de vanille certifiée « commerce équitable » du continent africain. Si l’île de Madagascar est renommée pour sa vanille, l’Ouganda pourrait bien lui voler la vedette avec sa production locale du deuxième plus cher épice aromatique après le safran. Ndali factory, qui travaille avec 1 200 agriculteurs ougandais, fournit l’entreprise Ben & Jerry’s et l’entreprise de cosmétiques bio Lush.

ugandas green goldMême si j’adore la glace à la vanille et que je raffole de la crème brûlée, je n’avais aucune idée de ce à quoi ressemblait une liane de vanille ou de la façon dont les gousses étaient cultivées. Les choses ont changé le jour où j’ai visité les pentes vertes et luxuriantes de l’ouest de l’Ouganda. C’est ici que Lulu Sturdy dirige la première plantation de vanille certifiée « commerce équitable » du continent africain. Si l’île de Madagascar est renommée pour sa vanille, l’Ouganda pourrait bien lui voler la vedette avec sa production locale du deuxième plus cher épice aromatique après le safran.

Fécondation manuelle 

Une des raisons qui explique le prix élevé de la vanille est le long procédé de culture que requiert la récolte de la plante. Le vanillier a besoin d’au moins trois ans avant de commencer à fleurir et il doit être en permanence élagué et cultivé. « On dispose ensuite d’une fenêtre de 48 heures durant laquelle chaque orchidée doit être fécondée manuellement », explique l’agriculteur Maate Israel (60 ans), tout en procédant à l’opération. À l’aide d’une épine, il déchire le capuchon d’une voluptueuse fleur de vanille, redresse la languette qui sépare les organes femelles de la partie mâle, puis presse avec les doigts l’étamine porteuse du pollen contre le stigmate. « Si la fleur est toujours là dans deux jours, elle donnera naissance à une gousse. »

Jouer avec le goût 

Quand on visite la petite usine Ndali, adossée à une colline verdoyante au bord du lac volcanique de Rukwanzi, on peut sentir le doux arôme musqué de la vanille avant même de la voir. Les gousses vertes sont blanchies dans des barils remplis d’eau bouillante. Une fois cette opération terminée, les gousses maintenant noircies et huileuses sont enveloppées dans des couvertures et mises à sécher au soleil quelques heures par jour sur des tables fabriquées à partir de branches. Le reste de la journée, elles sont affinées dans des malles en bois. Ce double processus s’étale sur une période de six semaines à deux mois. « Il m’a fallu quelques années avant de mettre au point le procédé exact », admet Sturdy. « Si vous séchez par exemple la vanille trop vite, vous tuez tous ses arômes. Mais on peut aussi jouer avec son goût en choisissant différents type de bois pour les malles ».

ugandas green gold

Coopératives

Depuis sa création en 2005, le nombre des fournisseurs de Ndali est passé de 50 à 1 200. « La certification de commerce équitable nous est à tous très bénéfique », se réjouit Israel. « C’est grâce au commerce équitable que nous sommes maintenant en mesure d’investir. Nous construisons par exemple un entrepôt pour les gousses de vanille et une salle de classe où nos enfants pourront passer leurs examens ». Un autre avantage du commerce équitable est, selon Sturdy, que les agriculteurs comprennent bien son procédé, grâce à quoi ils s’impliquent davantage dans la production et n’hésitent pas à s’organiser en coopératives, une exigence pour obtenir la certification de commerce équitable. « Le fait de travailler ensemble les protège mieux contre les aléas du marché ». Dans ces coopératives, les agriculteurs s’occupent également de la formation de leurs employés.

Outil marketing 

Malgré l’énorme quantité de formalités nécessaire, Sturdy bénéfice elle aussi de la certification de commerce équitable. « C’est un formidable outil marketing car il nous distingue des autres producteurs de vanille ». Ndali est aujourd’hui le fournisseur en vanille de Ben and Jerry’s, qui peut ainsi fabriquer des glaces issues du commerce équitable. Plus récemment, Ndali a pu rajouter au nombre de ses clients l’entreprise de cosmétiques bio Lush pour ses parfums à la vanille. « Le fait que d’aussi grandes entreprises aient foi en nous constitue un formidable encouragement », conclut Sturdy.

< Précédent Suivant >

Articles connexes