Diageo, le géant des boissons alcoolisées, investit 218 millions de dollars dans des brasseries « vertes » en Afrique

Diageo, le géant des boissons alcoolisées, investit 218 millions de dollars dans des brasseries « vertes » en Afrique

Alors que partout dans le monde, les pays se donnent pour objectif de répondre aux exigences de l’Accord de Paris sur le climat, les entreprises d’Afrique contribuent à leur façon à la lutte contre le changement climatique. Diageo, le géant des boissons alcoolisées, a récemment attiré l’attention de la scène internationale en lançant un plan d’investissement chiffré à 218 millions de dollars dans les « brasseries vertes » dans dix pays d’Afrique.

 

Diageo, qui détient de marques emblématiques, dont Guinness et Johnny Walker et la célèbre marque de bière africaine Tusker, a fait les gros titres dans toute l’Afrique. L’entreprise s’apprête à revoir le mix électrique de ses sites de brassage africains sur l’ensemble du continent. 218 millions de dollars, c’est une somme colossale. Les dépenses consistent en un investissement initial de 60 millions de dollars dans l’équipement et l’installation, dont 158 millions de dollars sont réservés à l’entretien à long terme et aux coûts d’exploitation.

Solaire, biomasse, eau

La société investit dans la réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise sur plusieurs de ses sites de brassage à travers le continent, de plusieurs manières telles que l’énergie solaire, l’énergie de biomasse et la récupération de l’eau. L’installation de chaudières à biomasse permettra de réduire les émissions de carbone de Diageo de 42 000 tonnes par an, tandis que de nouveaux équipements de récupération de l’eau devraient permettre d’économiser plus de deux milliards de litres cubes par an.

Ivan Menezes, PDG de Diageo, est fier de la manière dont la société prend ses responsabilités en Afrique pour lutter contre le changement climatique. « Nous pensons qu’il s’agit de l’un des plus gros investissements dans la lutte contre le changement climatique sur plusieurs marchés subsahariens. » « En tant que fabricant et employeur local en Afrique, nous avons la responsabilité de veiller à la croissance durable de notre entreprise. »

Énergie renouvelable

Dans trois brasseries africaines au Kenya et en Ouganda, Diageo passe aux énergies renouvelables.

De nouvelles chaudières à biomasse remplaceront le mazout lourd par d’autres combustibles durables comme les copeaux de bois et les balles de riz pour produire de la vapeur pour les brasseries. Ces chaudières contribueront à réduire les émissions de carbone de 42 000 tonnes (ce qui équivaut à retirer des dizaines de milliers de voitures de la circulation).

Sur cinq sites en Afrique, notamment au Kenya, en Ouganda et au Nigeria, la société lance de nouvelles installations de récupération, de purification et de réutilisation de l’eau qui permettent d’économiser plus de deux milliards de litres cubes d’eau par an.

Installations solaires

Une grande partie de l’investissement total est consacrée à l’énergie solaire. Les installations d’énergie solaire doivent fournir de l’électricité renouvelable dans 12 brasseries réparties dans six pays. Ces panneaux solaires produiront jusqu’à 20 % de la demande d’électricité de chaque brasserie. Ce plan couvrira 11 sites dans sept pays dont le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, les Seychelles, le Nigeria et le Ghana.

Au Kenya, la toute nouvelle brasserie de Diageo, Kisumu, a déjà installé des installations d’énergie solaire et de traitement de l’eau afin de minimiser l’impact de ses activités dès leur démarrage. « Avec 100 % d’énergies renouvelables et une utilisation rationnelle de l’eau à la pointe de la technologie, nous pensons que Tusker sera la brasserie la plus respectueuse de l’environnement en Afrique subsaharienne »  a annoncé fièrement l’entreprise.

Des objectifs ambitieux

Selon Ivan Menezes, l’entreprise profite autant du programme d’investissement que l’environnement. « Nous nous sommes fixé des objectifs écologiques ambitieux, alignés sur les Objectifs de développement durable des Nations unies, et nos efforts pour les atteindre d’ici 2020 se poursuivent au même rythme. Parmi les progrès réalisés, citons une réduction de 45 % de nos émissions de carbone et une réduction de 44 % de notre consommation d’eau au cours de la dernière décennie. »

Outre la lutte contre le changement climatique, le programme promet de compter de nombreux gagnants. Par exemple, le programme a un impact supplémentaire sur l’emploi puisque les brasseries de Diageo dépendront des fournisseurs locaux de biocombustible pour leurs nouvelles chaudières. Le programme est également bénéfique pour la réputation et l’image de marque locale de Diageo. Investir dans une bonne cause comme celle-ci peut s’avérer bénéfique dans la bataille pour le marché africain de la bière, qui représente 13 milliards de dollars, et qui connaît la croissance la plus rapide au monde.

Suivant >

Articles connexes