Du riz hybride pour doper la production alimentaire

La Fondation africaine de technologie agricole (AATF) a développé de nouvelles variétés de riz qui produisent 7 à 10 tonnes par hectare. Actuellement, le rendement moyen des variétés consanguines de riz en Afrique subsaharienne s’élève à 2,3 tonnes par hectare.

L’AATF, en collaboration avec une société privée, Hybrids East Africa, a développé 140 variétés hybrides de riz à l’aide de lignées parentales africaines. Les 15 hybrides les plus prometteurs, cultivés au Kenya et en Tanzanie, ont des rendements élevés et se montrent résistants aux maladies et températures élevées de la région occidentale des lacs au Kenya et des régions côtières. Le Kenya et la Tanzanie seront les premiers à bénéficier des nouvelles variétés hybrides. Des essais seront ensuite déployés dans d’autres pays d’Afrique de l’Est, de l’Ouest et australe.

Mail&Guardian Africa souligne que les agriculteurs locaux ont toujours dépendu de variétés hybrides de riz importées d’Asie, qui s’adaptent parfois mal aux conditions de l’Afrique subsaharienne. Les nouveaux hybrides pourraient cependant causer quelques problèmes : il est recommandé de ne pas replanter les semences récoltées sur les plantes hybrides, car elles perdent de leur vigueur en raison du tri génétique, ce qui affaiblit le rendement. Cela implique que les agriculteurs ne peuvent pas utiliser les semences des plantes récoltées pour replanter. De nombreux agriculteurs ne peuvent pas acheter les semences hybrides, qui coûtent plus cher. Avec les nouveaux hybrides, les bénéfices garantis par un rendement plus élevé devraient être bien plus importants que le coût des semences.

Pour en savoir plus, veuillez consulter mgafrica.com

< Précédent Suivant >

Articles connexes