L'Afrique, marché de croissance pour les vins et spiritueux

L'Afrique pourrait être le prochain marché de croissance des vins et des spiritueux. La consommation de vin dans 24 pays d'Afrique subsaharienne croît cinq fois plus vite que la moyenne mondiale.

Mail & Guardian Africa relate une étude publiée par le cabinet britannique de consultation en vin IWSR lors du plus grand Salon international du vin, Vinexpo. Les Africains ont consommé un total de 864 millions de bouteilles de vin en 2013, une augmentation de 17,3% en cinq ans. Une croissance du marché de 11% supplémentaire est prévue d'ici 2018, avec les classes moyennes gagnant plus d'argent et modifiant leur mode de vie. Aujourd’hui, de nombreux citadins africains, et les jeunes en particulier, privilégient le vin plutôt que la bière. Les cours de maître sommelier, offrant des conseils aux amateurs sur la façon d'apprécier un beau millésime, sont de plus en plus populaires.

L'expansion du secteur des boissons se heurtent cependant à certains obstacles.  Certains pays ont des taxes à l'importation élevées pour l'alcool. En outre, des procédures douanières complexes et la corruption rendent parfois la vie difficile pour les importateurs de boissons alcoolisées. Néanmoins, le Nigéria et l'Afrique du Sud sont considérés comme les marchés présentant le plus fort potentiel de croissance. Les suivants sur la liste sont des pays comme l'Angola et le Cameroun, ainsi que l'Éthiopie, le Kenya et la Côte-d'Ivoire.

Les exportateurs de spiritueux connaissent un essor africain encore plus important, avec le whisky en tête, suivi du brandy et du cognac. Le marché africain des alcools forts a augmenté de 13% entre 2010 et 2014, comparé à la croissance de trois pour cent pour le vin.

En savoir plus : mgafrica.com

< Précédent Suivant >